Le 12 juin 2021, les membres de ParkinsonNet Luxembourg se sont réunis en ligne pour poursuivre leur collaboration malgré la pandémie.

Quarante membres de ParkinsonNet – des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des orthophonistes et des neurologues – ont discuté des fluctuations des symptômes moteurs et des traitements avancés pour la maladie de Parkinson, ainsi que de l'importance d'une orientation précoce vers des professionnels de santé spécialisés. ParkinsonNet Luxembourg a été créé il y a trois ans et a pour objectif de proposer des soins intégrés aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Des échanges réguliers et des partages d'expérience entre les différentes disciplines sont donc essentiels pour une collaboration réussie.

Une réunion d'information a ensuite été organisée pour les personnes intéressées pensant rejoindre le réseau ParkinsonNet Luxembourg dans le futur. Outre une présentation du concept de ParkinsonNet et des activités du réseau dans le pays, plusieurs professionnels de santé – Sylvie Greischer (ergothérapeute), Harald Hübner (kinésithérapeute) et Kimberly Stein-Biwer (orthophoniste) – ont partagé leurs expériences en tant que membres depuis 2018. Cette session était ouverte aux neurologues et à plusieurs professions de santé déjà incluses dans le réseau (kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes), mais aussi à des professions que ParkinsonNet souhaiterait inclure à l'avenir, comme les (neuro-)psychologues, les diététiciens et les travailleurs sociaux. Vingt-deux candidats potentiels ont participé à cette réunion d'information. 

« Nous sommes extrêmement heureux de constater l'intérêt croissant des professionnels de santé pour le réseau ParkinsonNet Luxembourg et pour le travail avec les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, » a déclaré le Dr Anne Kaysen, chef de projet pour ParkinsonNet Luxembourg. « Afin de permettre la meilleure prise en charge possible pour toutes les personnes atteintes de la maladie de Parkinson au Luxembourg et dans la Grande Région, il est important de développer le réseau, d’inclure davantage de membres pour les professions qui en font déjà partie mais aussi de l'élargir à de nouvelles disciplines. »