A l’heure actuelle, la maladie de Parkinson ne peut pas encore être guérie. Néanmoins, il existe des thérapies médicamenteuses (pillules et pompes) et chirurgicales (stimulateur) très effectives pour amméliorer les symptômes moteurs. Ces méthodes ont un effet bénéfique sur la la marche et les autres mouvements en réduisant le tremblement respectivement la rigidité. Toutefois, pour aucun des médicaments ou des systèmes de stimulation, on n’a pu montrer scientifiquement, qu’il puisse freiner la progression de la maladie.
   

Les médicaments utlilsés essaient de remplacer la dopamine faisant défaut au niveau du cerveau. Comme la dopamine ne peut pas pénétrer jusqu’au cerveau, beaucoup de patients sont traités avec un précurseur naturel (L-Dopa), qui est ensuite tranformé en dopamine au niveau du cerveau. Chez d’autres patients, on utilise des agonistes dopaminergiques, c’est-à-dire, des produits qui imitent les effets de la dopamine.

Malheureusement, avec le temps, les effets de ces traitements diminuent suite à la progression de la maladie. De plus, des effets secondaires peuvent apparaître : nausées, mouvements involotaires (dyskinésies), ainsi que des hallucinations, fatigue et comportements compulsifs. C’est la raison pour laquelle il est important que le patient soit vu régulièrement par son neurologue.

  Dans des conditions bien définies, une stimulation cérébrale profonde peut être envisagée chez certains patients. Ici des électrodes son placées dans le cerveau moyen, notamment à l’endroit originaire du manque de dopamine (généralement le noyau subthalamique). Ces électrodes seront ensuite stimulées par le biais d’un appareil qui sera placé sous la peau, au niveau de la clavicule. Ce stimulateur ne peut pas guérir la maladie, mais il permet, en diminuant les symptômes moteurs, de réduire considérablement la prise de médicaments. Vous trouverez des informations supplémentaires sur la stimulation cérébrale profonde sur notre site web: www.luxstim.lu.
   

Directives pour le traitement

Comme soutien à la prise de décision dans le quotidien clinique, ParkinsonNet Nederland a développé des directives (inter)nationales étayées. Des recommandations cliniques ont été élaborées sur la base des résultats d’une revue systématique de la littérature, des connaissances cliniques et du retour des patients. Par ailleurs, des standards internationaux tels que AGREE ont été utilisés. Toutes les directives ont été développées par les associations professionnelles néerlandaises et les associations de patients parkinsoniens néerlandaises et approuvées par les associations luxembourgeoises correspondantes.